LE MACRONISME, DE L’UTOPIE À LA DYSTOPIE

L

George Orwell dans son roman « 1984 » l’avait imaginé, Macron transforme peu à peu cette anticipation sociale en une réalité. Élu sur une utopie creuse de sens « Pensez printemps mes amis » assénée jusqu’à l’hystérie « Parce que c’est notre projet ! », il n’aura pas fallu plus de 3 ans pour que cette utopie vire au cauchemar et se transforme en une dystopie par des artifices de langage symbolisés par le « et en même temps » et la perversion des concepts.

Utopie et dystopie ont en commun qu’ils décrivent une idéologie politique visant à rendre possible un idéal. Idéal de bonheur et d’égalité pour l’utopie ou idéal d’oppression et de domination pour la dystopie. Mais les deux voies se construisent dans le même esprit, éliminer toutes menaces pour assurer le caractère éternel de la vision en rendant impossible tout retour en arrière.

En ce sens, l’Union européenne est une parfaite incarnation de ce concept. Elle est « en même temps » utopie et dystopie. Utopie sur la forme, la parole, les discours et dystopie dans les faits, dans la réalité sociale qui impose la soumission des gens à des lois communes établies contre la volonté profonde des peuples et ne servant pas leurs intérêts.

Le projet Macroniste, ce « et en même temps », est en réalité la garantie de bonheur pour une caste éduquée, cultivée et riche et « en même temps » un cauchemar pour les peuples piégés dans un système d’esclavage dans lequel grâce au consumérisme, au divertissement abrutissant et à l’appauvrissement intellectuel, ils finiront par adhérer à leur servitude et à justifier l’injustifiable.

Injustifiable aux yeux d’un Franc-Maçon qui se doit de travailler à l’amélioration matérielle et morale, spirituelle et intellectuelle de l’humanité. Le « en même temps » n’est pas un langage symbolique qui transcende ceux à qui il s’adresse, c’est une simple figure de style qui se décline dans tous les discours du Président, construits autour d’antiphrases qui abusent de métaphores, de litotes, d’hyperboles et d’oxymores. Ce discours brillant sur la forme, creux sur le fond et incompréhensible du plus grand nombre n’a pas d’autre objet que de créer la confusion des esprits. L’évolution de la société des humains telle que nous, Francs-Maçons, l’envisageons, est de perpétuer et d’améliorer les acquis sociaux pour assurer à tous une vie digne, aujourd’hui et demain.

Le Macronisme est l’antithèse de la démarche maçonnique. Il convient pour s’en convaincre de mettre en perspective son projet d’injustice sociale poussée à son paroxysme dans tous les secteurs de l’activité humaine avec la pensée maçonnique et les préceptes continuellement répétés dans nos assemblées.

On ne peut pas être « en même temps » serf et monarque. Le Maçon qui se veut libre doit agir. Pensée – Volonté – Action, le triptyque est bien connu. Nous terminerons ce travail en vous proposant deux citations. L’une est maçonnique, l’autre est profane. Elles se confondent dans un même esprit.

« Le temps fuit et s’efface à nos yeux mais il est toujours en présence du Grand Architecte de l’Univers. Devant lui les instants sont marqués par nos actions ».
« Les plus nobles principes du monde ne valent que par l’action »  Charles de Gaulle.

A propos de l’auteur

Stephane Simon

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut
Inscrivez vous à notre Newsletter