COMPLOTISME – Dialogues parallèles entre GIGANTORAPTOR et PATRIAM RECUPERARE

C

Pour seuls prolégomènes à cet article, nous vous proposons de visionner (avec l’accord de l’intéressé) la vidéo d’un jeune Youtubeur ( Le complotisme – Retour critique #7 ) dont le pseudonyme M-GIGANTORAPTOR laisse à penser que le jeune homme est féru de paléontologie, jusqu’à l’obsession.

Un a priori quelque peu réducteur et il suffit pour se convaincre du contraire de parcourir sa page FACEBOOK
https://www.facebook.com/mgigantoraptor/
et visionner sa chaine YouTube
ttps://www.youtube.com/user/AstroPaleoBMW/featured
pour comprendre que M-GIGANTORAPTOR est éclectique dans ses passions puisque la maîtrise de la philosophie et de la sociologie semble atteindre un degré de maturité inhabituel chez une personne de cet âge.

 

La genèse
C’est au XVIII siècle, au moment de la révolution française que des acteurs contre-révolutionnaires ou de simples partisans de la monarchie vont théoriser la notion du complot. Ceux-ci ne perçoivent pas la révolution comme la convergence de révoltes populaires multiples plus ou moins spontanées, mais plutôt comme le résultat d’une manipulation populaire ourdie par une minorité qui conspire contre un ordre établi : la religion chrétienne à cette époque et son incarnation politique, la monarchie de droit divin.

Ainsi nait en cette fin du XVIII siècle, la dénonciation du complot maçonnique. Tel le mécanisme d’une horlogerie, les roues s’assemblent dans un mouvement perpétuel qui va traverser les siècles en agrégeant au fil du temps, de nouvelles cibles.

La théorie du complot imprègnera d’autant plus les esprits, que la relative mais progressive baisse d’influence de la religion  laisse l’individu livré à lui-même, sans vision divine, sans vérité révélée.

A la base de la construction d’une théorie conspirationniste, il y a toujours un sophisme. S’il est historiquement reconnu que la Maçonnerie du siècle des lumières a exercé une réelle influence sur la pensée de l’époque au travers des nombreux ouvrages d’écrivains francs-maçons, cela ne peut signifier pour autant qu’il existât une conspiration. L’influence prêtée ou supposée l’être aux francs-maçons doit être comprise, non pas comme un groupe ayant je ne sais quel pouvoir, mais comme des individualités imprégnées des préceptes maçonniques qui portent au dehors l’œuvre commencée dans le Temple. (temple maçonnique)

Nous le constatons, c’est la Franc-Maçonnerie qui cristallise en cette fin du XVIII siècle les attaques des adeptes de la mouvance conspirationniste. Il faudra attendre la fin du XIX pour voir apparaitre la conjonction  entre le complot maçonnique et le complot juif. Cela donnera le complot judéo-maçonnique, concept qui va connaitre son apogée la plus dramatique avec l’avènement du chancelier Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne.

Relevons une constante dans l’univers des conspirationnistes, un nouveau complot ne chasse pas le précédent, il se superpose au précédent. L’association faite pour des raisons idéologiques mais aussi pratiques, créée une filiation qui permet d’agréger les nouveaux adeptes tout en conservant les anciens. C’est là sa force mais aussi sa faiblesse.

Qu’en est-il aujourd’hui du conspirationnisme ?
Le conspirationnisme est un phénomène social majeur qui s’est démultiplié avec l’avènement des réseaux sociaux. Il touche peu ou prou 1 français sur 4 et peut atteindre des niveaux d’adhésion préoccupants lorsque l’on soumet certains sujets à un échantillon lors d’une enquête ou d’un sondage. Relevons aussi comme corollaire à l’avènement des réseaux sociaux que le phénomène touche plus distinctement les jeunes. De même, des études font apparaître que les français les moins diplômés, qui votent en majorité pour les partis dits « populistes », sont enclins à adhérer aux thèses conspirationnistes en ce sens qu’elles cherchent à adosser à des faits avérés, un bouc-émissaire selon une logique simpliste uni-causale de narration.

Nous rejoignons M-GIGANTORAPTOR dans son propos, lorsqu’il tente de définir la frontière entre l’hypothèse et le complotisme. Hormis les thèses délirantes que nous excluons du champ du sujet traité, force est de constater que la rapidité avec laquelle  l’information prend naissance et circule, le peu de temps disponible pour décrypter et sourcer et les faibles moyens mis à disposition de la presse, rend problématique, la charge de la preuve qui, comme le dit notre jeune Youtubeur, repose sur celui qui procède à une affirmation. Cependant toute affirmation dont on ne peut asseoir l’authenticité par la présentation de la preuve, ne doit pas devenir ipso facto une thèse complotiste. Le discernement et l’esprit critique sont à la disposition de chacun pour orienter sa pensée.

Rajoutons à cela la propension de certains d’user et d’abuser de la dénomination de complotiste ou conspirationniste, comme une arme de décrédibilisation d’un adversaire. Dans l’arsenal des armes de décrédibilisation assurant d’une mort sociale un adversaire, il y avait « antisémite », « extrême droite », « populiste », il y a maintenant « complotiste ou conspirationniste ».

L’histoire nous éclaire !
Alors que le Cardinal Mazarin avertissait le Roi d’un complot ourdi de l’étranger pour renverser la couronne de France, le jeune Louis écarta d’un « Monseigneur voit des complots partout! ». Piqué au vif, le cardinal-diacre répondit : « Il y a pire folie, Sire, que de voir des complots partout : C’est de n’en voir nulle part« .

Patriam Recuperare

A propos de l’auteur

Stephane Simon

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up